CENTRE DE L ECOUTE ET DU LANGAGE

La méthode Tomatis en entreprise

Dans ce courrier, nous partageons avec vous les informations d’un document contenant la transcription écrite d’une intervention d’Alfred Tomatis lors du “Forum de la Communication” (Milan, Novembre 1991). Son exposé intitulé “L’écoute dans la communication” y introduit le concept d’écoute dans le vaste domaine que représente la communication dans l’entreprise. 
Écouter et communiquer sont pour Tomatis des mécanismes identiques et il lui est évident que la manière de procéder au partage impliqué par l’acte de communiquer dépend de la manière d’entendre en fonction du mode d’écouter.
 
Pour Tomatis, l’oreille humaine possède des potentialités qui sont déterminantes pour la “mise en commun” qui s’impose en matière de relations humaines et il souligne que plusieurs éléments essentiels doivent être évoqués concernant le rôle que joue l’appareil auditif sur le plan de la voix, de la posture, du langage, du comportement, bref de tout ce qui intervient dans la transmission d’un message.
 

Une première étape qu’il ne faut pas négliger est que le message, qu’il soit verbal ou non, doit être émis par l’un et reçu par l’autre ou par les autres.
 
Au schéma classique de la communication mettant en scène un locuteur et un auditeur, il convient d’ajouter une notion d’auto-contrôle permettant à celui qui émet l’information de diriger son discours de telle sorte qu’il soit reçu dans sa plénitude.
 
Certains paramètres interviennent dans ce domaine d’auto-écoute :
1. Les relations intimes qui existent entre l’audition et la phonation (voix, articulation);
2. Les rapports étroits qui unissent l’oreille au corps (posture, attitude comportementale);

3. Les liens qui régissent les affinités existant entre la faculté d’écoute et les potentialités corticales (mémorisation, concentration, interprétation sémantique, créativité).
 
Aussi, dans son travail de recherche,Tomatis a mis en évidence que toutes ces connexions se font par l’intermédiaire du système nerveux.
 
À cette maîtrise du message à transmettre par le locuteur, il y a lieu d’adjoindre celle de la réception dudit message par l’écoutant. Les mêmes paramètres sont à évoquer pour qu’une véritable communication s’instaure entre les deux protagonistes.


Ces diverses considérations éclairent d’un jour nouveau l’ensemble des actions et des réactions propres à la dynamique relationnelle. La clef de voûte du système proposé siège selon Tomatis au niveau de l’écoute. En effet cette “auscultation” fait allusion à l’ouverture sur tout ce qui “est” par l’intermédiaire de l’audition, de la phonation, de la vision (écoute et tu verras), du toucher, de l’attitude corporelle (gestuelle).
 
C’est en effet tout le corps dans sa capacité de perception et d’émission qui est engagé dans un tel processus de communication. Il convient donc de savoir comment écoutent les différents participants d’une même rencontre, comment ils “s’entendent”. Ce dernier terme introduit des notions de compréhension, de partage. Et il n’y a pas de communication sans partage, sans mise en commun de l’information, sans communion.
 
L’écoute revêt donc un aspect tout à fait particulier de par le rôle essentiel qu’elle joue sur le plan de la voix, du langage, de l’expression corporelle, de la créativité.

 

En ce qui concerne plus particulièrement la communication au sein des entreprises Tomatis souligne qu’il est évident qu’il faut, au sein d’une entreprise, chercher par tous les moyens à améliorer la communication entre les leaders et les chefs de service, entre les équipes, entre les membres du personnel.
 
Selon lui, au travers du concept d’écoute, il est possible d’envisager plusieurs procédures :
  • 1. Évaluation de l’écoute, de la voix, de la gestuelle, du comportement (grâce au test d’écoute) dans une perspective de recrutement ou de reclassification.
  • 2. Mise en place d’une stratégie de communication au moyen de l’Oreille Électronique (Brain Activator) destinée à :
    • Recharger le cortex pour augmenter les possibilités de mémorisation, de concentration, de créativité, d’initiative (techniques d’éveil),
    • Améliorer la voix et l’élocution des intervenants par dextralisation des circuits de contrôle (techniques audio-vocales),
    • Mettre les différents membres d’un groupe sur la même longueur d’ondes afin que la transmission du message ne donne pas lieu à des “malentendus” (dynamique de la communication),
    • Stimuler les capacités d’expression orale, tout spécialement au niveau de l’apprentissage des langues vivantes (intégration linguistique),
    • Supprimer les blocages psychologiques qui compromettent la qualité de la vie relationnelle,
    • Permettre à chaque élément actif de l’entreprise d’utiliser au maximum ses potentialités.
Il s’agit donc de réinsérer l’écoute dans sa réalité puisqu’elle préside à l’élaboration de tous les mécanismes de la communication.


20/01/2017
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres